Match EST-WAC: la presse égyptienne crie au “scandale footballistique”

Les journaux égyptiens publiés dimanche ont consacré leurs commentaires aux événements ayant entaché la finale retour de la ligue des champions d’Afrique entre l’Espérance Sportive de Tunis et le WAC de Casablanca, samedi soir au stade de Radès, en criant au « scandale footballistique » qui risque d’ébranler la Confédération africaine de Football (CAF).




La presse égyptienne a rapporté ainsi que le stade Radès était le théâtre vendredi d’un « scandale footballistique » jamais enregistré dans les stades africains, à cause d’une panne de la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage), qui a empêché de revoir le but légitime marqué par l’équipe du Widad de Casablanca et qui a été annulé par l’arbitre assistant sous prétexte de hors-jeu. « Dans l’un des pires scandales de l’histoire du football, l’Espérance de Tunis a été proclamé par la CAF vainqueur de la Ligue des champions d’Afrique aux dépens de son hôte le Widad de Casablanca, à la suite d’une crise majeure dans le match retour », écrit le journal El Watan.

Pour sa part, son confrère « Al-Ahram » souligne que la finale de la Ligue des champions d’Afrique entre le Widad de Casablanca et l’Espérance de Tunis s’est terminée par des événements « malheureux » qui portent atteinte à l’image du football africain, ajoutant que la panne du VAR est tournée en dérision avec la proclamation du club tunisien vainqueur du titre.

« L’arbitrage qui avait fait l’objet d’une controverse lors du match aller à Rabat (1-1), a également fait parler de lui lors du match retour », note Al-Ahram, ajoutant qu’Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football (CAF), « tente autant que possible de sauver ce qui peut être sauvé en appelant à une réunion de l’instance africaine, suite à la décision de Said Naciri, président du Wydad, de saisir la Fédération internationale de football (FIFA) et le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Le journal Al-Shorouq souligne, quant à lui, que la CAF devrait discuter des répercussions du match lors de sa prochaine réunion, « avec la possibilité de prendre des décisions fortes et pertinentes, à la lumière de la malheureuse scène qui a mis fin au match, ajoutant que l’évènement malheureux qui a entaché le match donne une très mauvaise image du football africain.




Pour sa part, Al-Masry Al-Youm écrit que des « faits étranges » ont marqué la finale retour, après que l’arbitre gambien Bakari Gassama eut considéré que l’équipe du Widad s’est retirée de la partie après une interruption du match qui a duré environ une heure et demie.

Dans la même veine, le journal « Al Akhbar » écrit que l’arbitre Bakari Gassama est à l’origine du scandale puisqu’il était au courant de la panne de la VAR avant le début de la rencontre sans pour autant en aviser les responsables du Widad jusqu’à la 59e minute de la partie, ajoutant que tout le monde était surpris de constater que la VAR était en panne depuis le début de la rencontre. Même son de cloche pour le site sportif « Super Koura » qui a souligné que la finale de la Ligue des Champions d’Afrique fut une « dérision du football » après les protestations des joueurs du Widad sur la légitimité du but d’égalisation qui ont duré plus d’une heure et leurs revendications de recourir aux techniques de la VAR qui s’est avéré en panne.

« Al-Bawaba Sport » a crié, lui aussi, au « scandale au Stade de Radès » après le refus de l’arbitre de revenir à la technique de la VAR et sa décision de siffler la fin du match et d’annoncer la victoire de l’Espérance de Tunis.

Le président du WAC, Said Naciri, avait annoncé, samedi, l’intention du club de saisir la Fédération internationale de Football et le tribunal arbitral du sport (TAS) à propos du « massacre arbitral » lors de la finale-retour de la Ligue des champions d’Afrique contre l’Espérance de Tunis (EST), disputée au stade olympique de Radès (banlieue de Tunis), rappelle-t-on. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a décidé aussi, en coordination avec le bureau dirigeant du Wydad de Casablanca (WAC) de saisir la FIFA et le TAS pour apporter toutes les réserves et la documentation au sujet de la finale-retour de la Ligue des champions d’Afrique.




À lire aussi: