Ligue des champions d’Afrique: un choc maghrébin entre le WAC et l’EST

Le Wydad de Casablanca (WAC) jouera, vendredi au Stade Radès, la finale retour de la Ligue des champions d’Afrique contre le tenant du titre, l’Espérance sportive de Tunis (EST), en vue de récupérer le titre qu’il a glané en 2017.




Une rencontre difficile attend les Casablancais qui ont rallié la capitale tunisienne mercredi à bord d’un avion spécial en provenance de Casablanca, avec une délégation de 45 membres, conduite par le président du club Saïd Nasiri.

La mission du WAC sera accrue, après le résultat du match aller qui s’est soldé par un nul (1-1) et une grosse polémique accompagnant les décisions de l’arbitre égyptien Gehad Grisha, suspendu mardi pour six mois à cause d’un « mauvais rendement » lors de cette rencontre.

Le technicien tunisien du WAC, Faouzi Benzarti, s’attèlera à travailler sur l’aspect mental avec des Rouge et Blanc, appelés à dépasser la frustration causée par l’injustice du match aller au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat et un résultat pas vraiment en leur faveur. Tout cela pourrait constituer une motivation supplémentaire pour les joueurs du Wydad qui auront à cœur de (re) prendre leur revanche face à la formation qui les avait privés du titre africain en 2011.

Cette rencontre, à l’instar de toutes les confrontations de ce calibre, se jouera très certainement sur des détails techniques, surtout avec l’absence de trois titulaires indiscutables côté espérantiste, à savoir Chamseddine Dhaouadi, Ghilane Chalali et Moez Ben Cherifia, ainsi que de Brahim Nakach côté wydadi, tandis que la CAF est appelée à statuer sur le recours introduit par les Casablancais sur le jaune, synonyme de suspension, du jeune guerrier Achraf Dari.

Le WAC a besoin d’une victoire ou d’un nul (2-2 et plus) afin d’être sacré pour la troisième fois de son histoire (1992 – 2017), tandis que les Tunisiens peuvent se contenter d’un nul blanc pour engranger leur deuxième titre consécutif.




L’arbitre gambien Bakary Gassama a été désigné pour officier la finale retour. Il sera assisté par les deux Sénégalais Djibril Camara et El Hadji Malik Samb, alors que le Botswanais Joshua Bondo sera le 4è arbitre. Le Zambien Janny Sikazwe a été, quant à lui, désigné pour présider l’équipe du VAR (Assistance Vidéo à l’arbitrage).

Le WAC et l’EST se sont affrontés à huit reprises par le passé dont quatre en Ligue des champions, deux en coupe des coupes africaines et deux en coupe arabe des clubs champions.

La première confrontation entre les deux équipes remonte à 1988 dans le carré d’or de la coupe des coupes africaines et s’est soldée par une victoire des espérantistes à l’aller avant que le WAC ne remporte le retour sans pour autant se qualifier.

Le deuxième derby arabe s’est déroulé en 2009 pour le compte de la finale de la coupe arabe des clubs champions avec une victoire des Tunisiens à l’aller (1-0) et un nul au retour (1-1).

En 2011 les deux clubs se sont affrontés à quatre reprises pour le compte de la Ligue des champions africaines avec un nul (2-2) puis un 0 à 0 en phase de groupes, avant de se retrouver en finale avec un (0-0) à Casablanca et une courte victoire de l’EST (1-0) à Radès.

Forts de l’expérience de leur entraîneur tunisien, déjà sacré avec l’Espérance en 1994, les Marocains iront à Radès à la Banlieue de Tunis, avec un esprit revanchard pour tenter de dépasser le goût d’amertume laissé par l’injustice des décisions arbitrales du match aller et décrocher un troisième sacre au milieu de 80.000 spectateurs déchaînés.




À lire aussi: