Le ramadan en Chine: retrouvailles et convivialité pour se consoler du mal du pays

Grâce à son ambiance conviviale, ses valeurs de solidarité et de bienfaisance, le mois sacré du ramadan vient consoler le sentiment de nostalgie et le mal du pays auprès des musulmans expatriés en Chine, offrant ainsi l’occasion de chaleureuses retrouvailles dans une atmosphère de spiritualité, d’entraide et de partage.




Les expatriés de confession musulmane se joignent à la minorité musulmane de Chine pour vivre intensément l’ambiance spirituelle de ce mois béni, en se réunissant notamment le soir dans des mosquées pour les prières des Tarawih, dirigées par des Imams chinois formés par l’Institut islamique de Pékin créé depuis 1955, sous l’égide de l’Association islamique de Chine.

S’agissant de la communauté marocaine en Chine, dont le nombre a connu une hausse notable au cours des dernières années, elle veille à vivre pleinement les traditions et les coutumes profondément ancrées dans la culture et le patrimoine marocains, à travers notamment l’organisation d’Iftars collectifs dans le cadre d’actions de solidarité et de bienfaisance.

Dans une déclaration à la MAP, l’étudiante marocaine, Bouchra El Amouri, qui poursuit actuellement ses études supérieures dans la ville chinoise Tianjin, près de Pékin, confie sa nostalgie pour le pays avec l’avènement du ramadan où surgissent les souvenirs des bons moments de joie et de partage en famille qui lui manquent terriblement.

Même en l’absence d’une ambiance ramadanesque authentique en Chine, un pays où la communauté musulmane est une petite minorité, Bouchra dit apprécier particulièrement l’occasion du mois sacré où les étudiants marocains veillent à se retrouver et à se créer une ambiance réconfortante et chaleureuse dans un esprit de spiritualité et de solidarité en organisant des Iftars collectifs.

Les musulmans de différents pays sont également les bienvenus dans ces rencontres où les banquets ramadanesques des iftars collectifs offrent des moments de convivialité, d’échanges et de joie, raconte-t-elle.

Et d’ajouter que les étudiants marocains vivant en Chine sont toujours soucieux de garder un contact étroit et assidu avec l’actualité du Maroc et que ces retrouvailles sont l’occasion de mener des débats à bâtons rompus sur les questions d’actualité qui meublent la scène nationale.




Quant au président de l’Union des étudiants du Yémen en Chine, Abdellah Seif, il a souligné l’importance de l’organisation, le long du mois béni, de plusieurs activités d’ordre culturel, religieux, et récréatif, affirmant que ces initiatives sont particulièrement appréciées par les étudiants musulmans en provenance de divers pays.

“À travers ces initiatives nous aspirons à entretenir la flamme des traditions et des valeurs ancestrales auprès de la communauté des musulmans en Chine, plus particulièrement auprès de la communauté estudiantine de confession musulmane”, assure-t-il.

Il a, de même, précisé que l’ensemble des expatriés yéménites en Chine profitent de ce mois pour renouer avec les traditions et les habitudes du pays, formant le souhait de voir son pays sortir de son impasse actuelle, panser ses plaies et se reconstruire.

De son côté, l’égyptien, Hussam Farouk Ahmed, qui compte à son actif une expérience d’expatriation de 14 ans en Chine, dit apprécier énormément ces moments de retrouvailles pour apaiser le mal du pays et à se consoler de l’éloignement des proches et de la famille à travers ces rencontres empreintes de spiritualité et de convivialité.

Il a, toutefois, précisé, qu’au fil des ans, il a pu mieux vivre le mal de l’éloignement et du dépaysement, saluant ses amis et collègues chinois qui l’ont moralement soutenu dans cette épreuve.

Et de conclure que les retrouvailles dans l’espace de la mosquée le soir est une précieuse consolation et une occasion pour se ressourcer et purifier l’âme et l’esprit.

Khalid El Imouni





À lire aussi:













%d blogueurs aiment cette page :