Conservation de la faune: Le Maroc leader dans la région sahélo-saharienne

Le Maroc est considéré comme un leader au niveau de la région sahélo-saharienne en matière de conservation de la faune. Avec 29 réserves de faune, le Maroc dispose de stocks importants d’espèces menacées, a affirmé, jeudi à Rabat, Abdeladim Lhafi, le Haut-commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.




A travers la mise en œuvre de la stratégie nationale de conservation des ongulés sauvages, qui couvre à la fois les populations sauvages et les captives selon une approche de conservation et de gestion du troupeau national de chaque espèce, de bons résultats ont pu être atteints durant le programme décennal 2005-2014, a expliqué Lhafi dans une allocution à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la diversité biologique.

Ces résultats importants consistent notamment dans le maintien à l’état sauvage des populations de gazelles dorcas, de la gazelle du cuvier et du mouflon à manchettes ainsi que la restauration de certains de leurs habitats, a-t-il ajouté, notant que les effectifs de la gazelle de cuvier dépassent aujourd’hui les 2.500 individus.

Le Maroc dispose des plus grands stocks mondiaux des gazelles dorcas, des gazelles dama, des oryx et des addax répartis sur 29 enclos (la population captive de la gazelle dorcas dépasse les 4.500 individus, 150 individus pour la gazelle dama), a-t-il poursuivi.




Le Haut-commissaire a relevé qu’il est question également du lancement de programmes de lâcher dans la nature de la gazelle dorcas et de l’addax à Mhamid Lghizlane et du mouflon à manchettes à Beni Snassen.

En matière de conservation de la diversité biologique, Lhafi a souligné que le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d’action nationaux pour les espèces menacées, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITEC) ou de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Le Haut-commissariat, en outre, a mis en œuvre le plan directeur des aires protégées concernant plus de 154 sites d’intérêt biologique, la création d’une dizaine de parcs nationaux, l’inscription de 24 zones humides d’importance mondiale dans la liste Ramsar, l’élaboration de plans d’aménagement et de gestion de dix parcs nationaux et le renforcement du cadre législatif par la promulgation et l’élaboration de la loi sur les aires protégées et la loi sur la commercialisation des espèces de faune sauvage menacées d’extinction et inscrites sur la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Cette manifestation a été aussi une occasion pour annoncer l’intégration officielle de 12 nouvelles zones humides marocaines sur la liste d’importance internationale de la convention Ramsar et débattre autour de la gestion durable de la faune sahélo-saharienne avec une conférence sur le thème, « la faune dans la région sahélo-saharienne: état de conservation des antilopes sahélo-sahariennes, défis et opportunités ».




À lire aussi:































%d blogueurs aiment cette page :