Une danseuse marocaine de Madonna interrogée par les autorités israéliennes

La danseuse marocaine Mona Berntsen, qui accompagnait la prestation de Madonna lors de l’Eurovision 2019 qui s’est déroulé dans l’Etat d’Apartheid, a été longuement interrogée par les autorités israéliennes au sujet du drapeau palestinien brodé sur son costume. Bernsten a raconté les faits…




Lors de l’Eurovision, la chanteuse américaine Madonna, accompagnée du rappeur américain Quavo et d’une troupe de danseurs, ont fait une prestation. Mais, lors de celle-ci, deux danseurs avaient cousu dans le dos de leur costume des drapeaux, israélien et palestinien. La danseuse avec le drapeau palestinien, Mona Bernsten, norvégienne d’origine marocaine, a subi un long interrogatoire de la part des autorités israéliennes après cela.

Beur FM rapporte les propos de la danseuse, des propos qu’elle avait mis sur Instagram avant que le post ne soit supprimé : « Les heures qui ont suivi le spectacle ont été intenses, mais je n’avais jamais imaginé me sentir surveillée de la façon dont je l’ai été ».





La danseuse marocaine aurait également affirmé : « A l’aéroport, j’ai été détenue durant un interrogatoire d’une heure et demie ! J’ai dû leur raconter ma vie, les raisons pour lesquelles j’ai voyagé dans des pays arabes, ma relation à la religion, ma situation familiale, montrer l’emploi du temps détaillé de mon séjour, et expliquer exactement ce que je faisais et où je suis allée la dernière fois que je suis venue à Jérusalem il y a trois ans ».

Madonna ne s’est pas prononcée sur cette polémique qui est née de cette performance où on pouvait notamment voir une Madonna avec un cache-œil de pirate qui chantait et dansait accompagné d’un danseur avec le drapeau d’Israël ainsi qu’une danseuse, Mona Berntsen, avec le drapeau palestinien (cousus sur le dos des costumes) montant ensemble les escaliers dans une posture des plus chaleureuses.

Et ce n’est pas le seul drapeau palestinien à être « apparu » dans cette édition de l’Eurovision qui a eu lieu en Israël. En effet, le groupe islandais Hatari a agité des drapeaux palestiniens durant l’annonce des résultats.





>> À lire aussi: