El Khalfi plaide pour un cadre juridique à même de promouvoir le service civique

Le ministre délégué chargé des relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a plaidé lundi à Rabat en faveur d’un cadre juridique susceptible de promouvoir le service civique et d’améliorer l’employabilité au sein des associations.




Lors de la présentation d’un mémorandum sur l’emploi associatif et le défi du nouveau modèle de développement, M. El Khalfi a souligné la nécessité de revoir le cadre juridique et réglementaire portant sur le partenariat entre l’État et les associations, la révision du code du travail, du système d’auto-entrepreneur et la loi régissant les coopératives. Il a en outre appelé à la création d’un système de gestion des litiges résultant de l’emploi au sein des associations et à l’adoption d’une Charte de la société civile.

Afin de promouvoir l’emploi au sein des associations, le ministre a mis en avant l’importance de renforcer les systèmes de protection sociale des travailleurs et des volontaires, précisant que moins de 2.000 associations ont adhéré à la Caisse nationale de sécurité Sociale (CNSS).

Il a également insisté sur l’impératif d’intégrer les associations de la société civile dans le projet d’amélioration de l’employabilité par le biais du service civique et d’élaborer un manuel référentiel pour les professions tout en fixant les compétences requises, relevant que les défis de l’employabilité incite le Royaume à considérer la société civile comme un levier pour la mise en place du nouveau modèle de développement.




Pour la période du 27 août au 12 septembre 2018, le ministère a reçu plus de 100 mémorandums d’associations et de réseaux associatifs comprenant des recommandations concernant l’employabilité au sein des ONG. Ces recommandations pointent un manque des ressources financières des associations, sachant que le taux de contribution de la société civile au PIB ne dépasse guère 1%.

Parmi les recommandations ainsi formulées, figurent le renforcement des ressources humaines des associations et la mise en œuvre du dispositif de formation dans le cadre du service civique pour une période de 12 mois.

L’accent est également mis sur l’établissement de dispositifs régionaux pour accompagner le plan national de promotion de l’employabilité des jeunes, soutenir financièrement les associations œuvrant dans le domaine de la formation et de l’emploi tout en les exonérant des droits d’importation, les taxes et impôts sur les équipements acquis. Le ministère avait organisé une série de rencontres de concertation dans plusieurs régions du Royaume autour de l’employabilité dans la société civile dans le cadre de sa stratégie 2017-2021.




>> À lire aussi:




 




%d blogueurs aiment cette page :