Immobilier: les transactions en hausse en 2018

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a reculé, en glissement annuel, de 0,4% au quatrième trimestre de 2018, permettant aux transactions de rebondir de 12,4%, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).




Ce repli des prix reflète les baisses accusées par le foncier (-2,4%) et les biens à usage professionnel (-1,2%), précisent BAM et ANCFCC dans une note sur l’IPAI au T4-2018, soulignant que les prix du résidentiel ont, toutefois, augmenté de 0,8%.

Ladite note fait également ressortir que la progression du nombre des transactions couvre les accroissements de 16% des biens résidentiels et de 18,3% des actifs à usage professionnel, ainsi que le recul des ventes des terrains de 0,7%.

Par catégorie d’actifs, la diminution des prix des biens à usage professionnel s’explique par le repli des prix des locaux commerciaux (-0,5%) et des bureaux (-3,3%). Les transactions de ces biens ont progressé de 18,3%, en liaison avec la hausse de 16,6% des ventes de locaux commerciaux et de 30,7% de bureaux.

Au niveau du résidentiel, malgré la hausse des prix des appartements (+0,6%), des maisons (+0,8%) et des villas (+5,9%), le nombre de transactions a augmenté dans ces trois catégories de 14,6%, 30,7% et 39,7%, respectivement, relèvent BAM et l’ANCFCC.

D’un trimestre à l’autre, l’IPAI a enregistré une progression de 0,3%, recouvrant une stagnation des prix du résidentiel et des hausses de 0,8% pour les prix du foncier et de 1,4% pour ceux des biens à usage professionnel, indique la note, ajoutant que le volume des transactions s’est accru de 11,2%, avec une hausse des ventes des biens résidentiels (+9,1%), des terrains (+15,7%) et des actifs à usage professionnel (+20,5%).

Par ville, les prix du résidentiel et des terrains ont augmenté, en glissement trimestriel, de 0,7% et 2,9%, tandis que ceux des biens à usage professionnel ont baissé de 17,4%, fait savoir la même source, ajoutant que les transactions ont été en hausse pour l’ensemble des catégories d’actifs avec un taux global de 9,4%.

A Casablanca, les prix ont connu une stagnation d’un trimestre à l’autre, recouvrant des baisses pour le résidentiel (-0,4%) et les terrains (-3,2%), ainsi qu’une hausse pour les actifs à usage professionnel (+6,2%), alors que les ventes ont progressé de 7,4%.

De même, l’indice des prix a enregistré, à Tanger, un accroissement de 0,9% par rapport au T3-2018, avec des hausses de 0,8% pour le résidentiel, de 0,9% pour les terrains et de 3,4% pour les biens à usage professionnel. Dans le même sens, les ventes ont augmenté de 8,5%, résultat essentiellement de la progression des transactions portant sur les appartements.

A Marrakech, les prix ont augmenté de 0,8% d’un trimestre à l’autre, avec une appréciation de 1,1% pour les actifs résidentiels et des baisses de 0,5% et de 2% respectivement pour les terrains et les biens à usage professionnels. En parallèle, les transactions ont augmenté de 18,6% reflétant essentiellement la hausse des ventes de terrains.

Élaborés conjointement par BAM et l’ANCFCC, les IPAI sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode ne prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée.




>> À lire aussi:




 




%d blogueurs aiment cette page :