Province de Nador: Un nouveau-né abandonné près d’une rivière

Tous les jours, une vingtaine de bébés sont abandonnés au Maroc. De son côté, le Centre marocain des droits de l’Homme a indiqué dans un communiqué publié en  2017 que plus de 100 naissances d’enfants de pères inconnus sont enregistrées quotidiennement. Ces chiffres sont plus qu’inquiétant parce qu’énorme. Ces enfants sont jetés dans la rue, dans des poubelles ou au milieu des décharges publiques…




Tel est le cas de ce nouveau-né jeté dans une rivière à Beni Chiker, à quatre kilomètres du préside occupé de Mellilia. Une jeune fille de 24 ans, originaire du douar Ouled Moussa devait épouser un ressortissant marocain résidant l’étranger qui se démenait pour préparer les papiers nécessaires pour que sa futur épouse le rejoigne. C’est sans compter que ce dernier se trompait lourdement sur sa promise.

Cette femme profitait de l’absence de son fiancé pour entretenir une relation amoureuse avec un autre jeune homme, originaire de son douar. Âgé de trente-deux ans, ce dernier partageait son lit avec la jeune femme sans jamais prendre de précautions jusqu’à ce que’elle tombe enceinte. Une grossesse qui n’a attiré l’attention de personne jusqu’à l’accouchement qui se fait dans la plus grande discrétion.

La jeune femme ne voulant perdre ni l’amant, ni l’époux, ni l’Europe, a décidé de se débarrasser du bébé. Aidée de son amant, samedi 26 janvier dernier, ils ont jeté le nourrissons dans une rivière de la région.

Suite à un fort saignement, cette dernière a dû se rendre chez un médecin de la région de Farkhana qui a vite remarqué que la jeune femme venait d’accoucher. Interrogé à ce sujet, la jeune femme est restée muette. Le médecin a donc alerté les gendarmes.

L’amant a été arrêté et la jeune femme a été conduite à l’hôpital Al Hassani, à Nador pour être soignée avant d’être remise entre les mains de la justice.





>> À lire aussi: