L’Espagne, reste premier partenaire commercial du Maroc

Les exportations marocaines vers l’Espagne ont augmenté de 5,4 % pendant les onze premiers mois de 2018 par rapport à la même période de l’année précédente, tandis que celles vers l’Union européenne (UE) ont progressé de 6,5%.




Durant les onze premiers mois de 2018, les importations marocaines de biens d’origine espagnole ont, quant à elles, enregistré une hausse de 2,6 % en taux annuel, alors que celles de l’ensemble de l’UE ont bondi de 4,4 % durant la même période, précise l’Office européen des statistiques.

En termes de parts de marché, l’Espagne est le premier client du Maroc et les importations espagnoles représentent 41,6 % du total des importations communautaires provenant du Royaume, suivie de la France, avec 28,6 % du total, de l’Italie avec 6,3 %, du Royaume-Uni avec 4.8 % et de l’Allemagne avec 4,4 %.

Parmi les principales exportations marocaines vers l’Espagne, pendant la période janvier-octobre 2018 on distingue, les matériaux électriques (28%), les vêtements pour femmes et hommes (22,9%), et mollusques et crustacés (8,3%). D’autre part, les principaux articles importés de l’Espagne, pour la même période sont les combustibles et lubrifiants (13,8%), les composantes d’automobile (13,3%), et tissus d’habillement (10,2%). En outre, l’Espagne est le premier fournisseur du Maroc, les exportations espagnoles représentant 35,6 % de l’ensemble des exportations communautaires vers le Maroc, suivies des françaises, qui représentent 19,2 %, allemandes (8,9 %), italiennes (8,7 %) et néerlandaises (4,5 %).

Les données d’Eurostat pour la période janvier-novembre 2018 font également état d’un taux de couverture de l’Espagne avec le Maroc de 122,9%, ce qui confirme l’évolution vers un équilibre parfait entre ce qui a été exporté et importé entre les deux pays, et un taux de couverture de l’UE avec le Maroc de 144% durant le même période.

Cela démontre également la complémentarité des échanges entre l’Espagne et le Maroc, fondée sur le développement d’une relation commerciale qui se base sur une intégration efficace dans la chaîne de valeur globale au niveau des deux rives du Detroit, dans des secteurs comme, entre autres, l’automobile, le textile ou le câblage électrique.




>> À lire aussi: