Un plan d’action triennal pour la mise à niveau des hôpitaux

Le ministère de la Santé a mis en place un plan d’action sur trois ans pour la mise à niveau des hôpitaux publics afin d’accompagner le Régime d’assistance médicale (RAMED). Plus d’une centaine d’établissements sont concernés dans toutes les régions du Maroc.




Le ministère de la santé, Anas Doukkali a lancé un appel d’offres le 25 janvier dernier pour trouver des bureaux d’études afin de réaliser un audit des établissements hospitaliers du Royaume. L’objectif est de faire de recenser les dysfonctionnements et de déterminer les mesures à prendre pour améliorer les prestations dans les hôpitaux publics.

Le ministre a souligné que ce diagnostic des établissements hospitaliers est un préalable au démarrage de la mise à niveau globale de l’offre sanitaire publique dans le Royaume, dans le cadre de la stratégie Santé 2025 qui repose sur 25 axes et 125 actions sur 6 ans et nécessitera au moins 24 milliards de DH d’investissements.

Les prestataires devront donc réaliser un diagnostic de la performance des immeubles et des équipements biomédicaux dans les CHU (Ibn Sina de Rabat) et hôpitaux de proximité, en passant par les centres hospitaliers régionaux et provinciaux, les hôpitaux psychiatriques et les centres d’oncologie des 12 régions du Royaume:

– Déterminer l’état physique et la performance de l’immeuble ;

– Établir une description détaillée des désordres et dysfonctionnements du bâtiment et des installations techniques ;

– Définir les solutions d’entretien et de réhabilitation ;

– Établir un avant métré détaillé des travaux d’entretien à réaliser avec un coût estimatif ;

– Déterminer l’état physique et la performance des équipements biomédicaux ;

– Identifier et effectuer l’inventaire physique et comptable des équipements biomédicaux (où ils se trouvent, qui les utilisent…) ;

– Préparer un résumé des mesures à prendre (à réparer, à réformer…).




Lors de ce diagnostic, les occupants des immeubles et les utilisateurs du matériel biomédical seront invités à faire connaître leur degré de satisfaction et à identifier les améliorations à apporter :

– Pour les immeubles : le confort intérieur, la qualité de l’air, le niveaux de bruit, l’éclairage, le nettoyage et autres services,

– Pour le matériel : la durée de fonctionnement de l’équipement, les contrats de garantie et de maintenance…

Il s’agit également de mettre en adéquation l’offre de soins avec l’évolution de la carte de santé et de promouvoir un meilleur équilibre entre les zones urbaines et rurales afin d’assurer les prestations de santé à tous les citoyens.

Selon le rapport annuel consacré au bilan des activités au titre du RAMED élaboré par l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) en 2018, plus de 20 millions de prestations médicales ont été offertes par les hôpitaux publics et les centres hospitaliers universitaires, y compris des opérations chirurgicales comme la transplantation d’organes ou l’implantation de valves cardiaques, qui figurent parmi les services pris en charge désormais gratuitement.




>> À lire aussi: