Escroquerie au nom de la Famille Royale: le chauffeur acquitté et un « prince » recherché…

La Cour d’appel de Rabat a acquitté un accusé dans une affaire implication dans une affaire d’escroquerie au nom du palais royal, d’usurpation d’identité, de faux et d’usage de faux. L’enquête est en cours pour retrouver un homme pour usurpation de l’identité princière.




Suite à une vidéo, enregistrée et relayée fin mai 2018 par Nicole Elgrissy, une Marocaine résidant à l’étranger qui devait à la direction générale des impôts plus de 18 millions de dirhams et s’est fait arnaquer, la Brigade judiciaire de la Gendarmerie royale de Témara avait ouvert une enquête. Au total, six personnes âgées de 24 à 60 ans avaient été interpellés pour escroquerie en bande organisée au nom du palais royal.

L’affaire de refait surface aujourd’hui avec l’acquittement de l’un des accusés, dont la vidéo de la séquestration avait fait le tour des réseaux sociaux. La justice vient de l’innocenter, il a été employé par un prétendu prince comme chauffeur privé. Pour rappel, ce dernier avait été lynché par plusieurs personnes qui l’accusaient d’avoir arnaqué Nicole Elgrissy.

Selon Al Massae, les services de police sont à la recherche du faux prince qui employait le chauffeur. L’homme se servirait de son nom de famille « El Alaoui » pour se faire passer pour un membre de la famille royale. Il arnaquait généralement ses victimes en prétendant être l’ami du directeur de la DGI et pouvait résoudre les litiges financiers et impôts en un appel, précise le quotidien. Ce dernier est activement recherché par les autorités depuis le début de l’affaire.

Les avocats chauffeur qui n’ont pas cessé de clamer son innocence malgré une condamnation en première instance à 2 ans et demi de prison ferme, demandent pourquoi les personnes qui ont agressé leur client, ne sont toujours pas poursuivies.

Pour rappel, dans cette affaire, la fille d’un chanteur connu a écopé de trois mois de prison et un ancien ambassadeur dont l’identité n’a pas été dévoilée, a été entendu par la justice.




>> À lire aussi:







%d blogueurs aiment cette page :