(Vidéo) Polémique en Belgique suite à la chanson «Amigo» du jeune rappeur Soufiane Eddyani

La chanson «Amigo» du jeune rappeur d’origine marocaine Soufiane Eddyani provoque un tollé en Belgique. La classe politique flamande a condamné dimanche le dernier texte du rappeur qui soutient son confrère Moreno condamné pour proxénétisme de mineures.




La députée Zuhal Demir (N-VA), qui fut secrétaire d’Etat à l’Egalité des Chances, ne comprend par ailleurs pas pourquoi la chaîne Ketnet, décrochage de la VRT pour la jeunesse, a choisi Soufiane Eddyani comme invité d’honneur d’une cérémonie de remise de prix.

Elu d’Anvers, le ministre Kris Peeters a également dénoncé les paroles du rappeur, rappelant la vulnérabilité des victimes, souvent très jeunes, de la prostitution. Le ministre CD&V a souligné l’extrême popularité de Soufiane Eddyani, qui lui confère une responsabilité auprès de la jeunesse. « Plutôt que de défendre des proxénètes de mineures, il ferait mieux d’apporter un éclairage sur la problématique. Il ferait mieux de s’entretenir à cette fin avec des victimes de cette prostitution. Cela lui permettrait de se rendre compte qu’il n’y a aucune empathie à avoir pour des proxénètes de mineures », a-t-il estimé.

Egalement, le ministre Open Vld Philippe De Backer a condamné avec fermeté les paroles du rappeur et appelé au respect de la femme, un point de vue appuyé par sa présidente de parti Gwendolyn Rutten qui a renvoyé à l’importance du choix rationnel, qui vaut aussi pour la VRT et Ketnet, a-t-elle dit.

La présidente de Groen Meyrem Almaci a dit partager l’indignation générale, jugeant ce soutien « dégoûtant » et « immoral ». La seule option est la défense des victimes, a-t-elle conclu.

Même son de cloche du côté du sp.a où le président John Crombez reprend, comme il l’avait déjà fait, l’initiative de faire se rencontrer le rappeur avec des victimes du proxénétisme. Il suggère un débat permettant l’éclosion de solutions pour une sanction plus appropriée des proxénètes, et un meilleur soutien et protection des victimes.

Dans une réaction à la VRT, Soufiane Eddyani s’est défendu d’avoir écrit une ode au proxénétisme. Si ce texte, intitulé ’Amigo’, est bien dédié à son ami Bilal Azzouzi, un autre rappeur allias Moreno, il n’est pas le récit de ce qu’il a vécu, a-t-il expliqué. Soufiane Eddyani dit n’avoir pas été au courant, dans un premier temps, de la condamnation de son ami. « Je suis très choqué par ses actes et je les condamne au plus haut point », a-t-il réagi, précisant avoir eu énormément de difficulté à accepter ce qui s’était produit. Il se dit aussi profondément triste d’avoir perdu un ami très cher. Mais, ajoute-t-il, « je vis avec la conviction que chacun mérite une deuxième chance et c’est la raison pour laquelle je souhaite soutenir Moreno dans sa réintégration dans la société ».





>> A lire aussi: