Terrorisme : Le Maroc face au retour des prisonniers détenus en Europe

Quelque 500 personnes détenus condamnés pour terrorisme, dont certains sont d’origine Marocaine, vont quitter les prisons européennes dans les deux prochaines années.après avoir purgé leur peine. Or, ils défendent toujours les thèses du terrorisme et ses projets.




Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum citant des sources sécuritaires, des rapports confidentiels européens ont mis en garde contre le danger que représente la libération de ces prisonniers. « Certains se seraient encore plus radicalisés que ce qu’ils étaient avant d’intégrer les institutions pénitentiaires », poursuit le quotidien.

Pire encore, ces prisons se sont transformées en lieu de recrutement et d’endoctrinement de jeunes par différentes organisations terroristes. « Pour des raisons d’ordre psychologique et liées à leur croyances, les enrôleurs essaient souvent d’imposer à ces prisonniers un sentiment de culpabilité avant de leur ouvrir une porte du pardon et de la salvation à travers le « djihad », explique Said Lakhal, islamologue et expert marocain. « Ils leur font comprendre que le moyen le plus rapide pour aspirer au pardon et garantir l’accès au paradis est celui du soit disant « djihad » et non pas le culte » poursuit-il.

Pour ce qui est de l’extradition des prisonniers marocains au Maroc qui pour la majorité sont né et ont grandi en Europe, Moussa Ajlaoui, expert des questions de terrorisme et de sécurité appelle les autorités marocaines à se renseigner sur leur conduite dans les prisons européennes, avant leur libération. Et d’insister sur le fait que certaines prisons européennes se sont transformées en lieu de recrutement et d’endoctrinement.

Des criminels y accèdent pour purger leur peine mais finissent par épouser des thèses terroristes, fait-il remarquer, ajoutant que le danger que représente la libération de ces prisonniers est réel et que leur mise en liberté alimentera la prochaine vague de violence.




>> À lire aussi: