« Raqi de Berkane » : les derniers éléments de l’affaire

Le tribunal a reporté le procès du prétendu « Raqi » de Berkane poursuivi pour charlatanisme, adultère et chantage, au 15 janvier dans l’attente des résultats de l’enquête.



  
Le site Alyaoum24 rapporte que le mis en cause, arrêté il y a quelques jours pour possession et diffusion de vidéos le montrant en pleins ébats avec une quinzaine de clientes, a avoué plusieurs faits mardi dernier au juge d’instruction. Il a déclaré ne pas maîtriser la « roquia Chariya ».

Des voisins du suspect auraient révélé que ce dernier pratiquait la roquia depuis l’Aid El Fitr dans un bâtiment en construction sans aucune autorisation. Les services de police ont procédé à la mise sous scellé de ce bâtiment ajoute la même source.

Interrogé, sa mère nie toute implication, elle n’était pas au courant des agissements de son fils, précisant qu' »il avait une bonne réputation auprès de ses voisins en Belgique où il habitait avant de rentrer définitivement au Maroc et de s’installer à Berkane ».

Les proches de Hasnaa, une des victimes du charlatan dont la vidéo a fait le tour des réseaux sociaux, ont affirmé que la jeune fille originaire d’Oujda se rendait régulièrement chez ce dernier pour soigner un mal de tête. Son père, a quant à lui, confié que sa fille était anéantie psychologiquement après le lynchage qu’elle a subi.

Pour rappel, les services de police de Berkane ont arrêté le charlatan pour chantage et adultère suite à une plainte. Lors de la perquisition de son domicile, ils ont découvert plusieurs vidéos compromettantes avec un bon nombre de femme, certains de ses extraits ont été diffusés sur les réseaux sociaux. 



  
>> À lire aussi: