Première tournée africaine pour le chef de la diplomatie américaine

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson se rendra en Afrique la semaine prochaine, pour la première fois depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump qui a créé la polémique en qualifiant les pays africains, selon des propos qui lui ont été prêtés, de « pays de merde ».

« Pour sa première visite officielle en Afrique », le chef de la diplomatie américaine « ira à N’Djamena (Tchad), à Djibouti, à Addis Abeba (Ethiopie), à Nairobi (Kenya) et à Abuja (Nigeria), du 6 au 13 mars », a annoncé jeudi la porte-parole du département d’Etat Heather Nauert.

Il rencontrera les dirigeants de chaque pays ainsi que les responsables de la Commission de l’Union africaine (UA), dont le siège est à Addis Abeba.

« Il entend évoquer en particulier comment nous pouvons travailler avec nos partenaires pour lutter contre le terrorisme, favoriser la paix et la sécurité, promouvoir la bonne gouvernance et encourager un commerce et des investissements mutuellement avantageux », a ajouté la porte-parole.

Lors d’une rencontre en novembre à Washington avec les ministres de l’UA, Rex Tillerson n’avait défini que des objectifs très généraux pour décrire sa politique africaine.

Barack Obama, le prédécesseur démocrate de l’actuel président républicain, s’était rendu au Ghana à peine six mois après sa prise de fonctions avec un message fort invitant les Africains à prendre leur destin en main.

Donald Trump n’a montré jusqu’ici que peu d’intérêt pour le continent africain. En revanche, des propos qui lui ont été prêtés, tenus lors d’une réunion à huis clos selon plusieurs médias et un sénateur qui y a participé, on déclenché une vive polémique. Le président américain y aurait qualifié des pays d’Afrique de « pays de merde ». Il s’était ensuite défendu dans une formule alambiquée, reconnaissant avoir utilisé un langage « dur » mais pas ces mots précis.